Les textes

Dans mes ateliers, je vous propose les sketches que j'ai écrits (plusieurs ont été joué à la télévision et dans des café-théâtre)

Ils sont courts ce qui permet de travailler plus le personnage,le jeu que la mémoire.

Si vous voulez recevoir gratuitement en dossier joint mon recueil de textes à jouer ecrivez moi à

Philippe.avril@numericable.com

Comme je ne suis pas mégalo, nous pouvons également travailler des extraits de pièces, de films, des sketches d'autres auteurs et même vos propres créations.

Logique masculine 2 personnages

FEMME : Tu me trompes.

HOMME : Non.

FEMME : Je sais que tu as une maîtresse.

HOMME : Non, une dame de compagnie. Nuance !

FEMME : Tu ne couches pas avec peut-être ?

HOMME : Je n'ai pas dit ça.

FEMME : Alors tu couches avec ?

HOMME : Oui !

FEMME : Et ce n'est pas ta maîtresse ?

HOMME : Non, c'est une dame de compagnie.

FEMME : Et moi alors qu'est-ce que je suis ?

HOMME : Toi, tu es ma femme.

FEMME : Je suis ta femme et tu couches avec une autre et tu dis que tu ne me trompes pas.

HOMME : Je couche avec elle mais toi, tu ne veux plus coucher avec moi.

FEMME : La question n'est pas là. Si tu couches avec une autre femme, tu me trompes.

HOMME : Pour te tromper, il faudrait que je couche également avec toi. Je me trompe ?

FEMME : Et les sentiments alors ?

HOMME : Je n'en ai aucun pour elle. Je les garde tous pour toi ma chère.

FEMME : Donc, c'est purement physique ?

HOMME : On ne peut plus.

FEMME : Imaginons que je recouche avec toi alors je pourrais dire que tu me trompes.

HOMME : Non, c'est elle que je tromperais.

LE GOUTER 2 personnages

                                           1 femme, 1 homme

Fils : Maman, je peux goûter

Mère : Tu te rappelles, la semaine dernière, nous sommes allés voir papa au bureau.

Fils : Je peux goûter ?

Mère : Il y avait une femme !

Fils : La grosse avec le bouton sur le nez. Je peux goûter ?

Mère : Non, la plus jeune...

Fils : Celle que papa baise. Je peux goûter ?

Mère : Comment tu sais ça ?

Fils : Quand je vais au bureau, papa m'envoie toujours jouer avec le bouton de la grosse quand il veut rester seul avec elle. Je peux goûter ?

Mère : Ce n'est pas une preuve

Fils : Il laisse la porte ouverte. Je peux goûter ?

Mère : Ton papa a décidé de l'épouser

Fils : Y te largue. Je peux goûter ?

Mère : T'inquiète pas, ton papa t'aime toujours.

Fils : Bien sûr, puisqu'il m'emmène avec eux. Je peux goûter ?

Mère : Tu ne veux pas rester avec moi ?

Fils : Non. Je peux goûter ?

Mère : Pourquoi ?

Fils : Parce qu'avec elle, il n'y a pas besoin de discuter pendant une heure pour avoir à goûter

 

  AGENCE DE DIVORCE 5 personnages

                                

 

MARI : C'est bien ici l'agence de divorce ?

HOMME AGENCE : Mais oui nous sommes à votre service du divorce ordinaire par consentement mutuel ce qui n'a guère d'intérêt...

FEMME AGENCE : ... Jusqu'au divorce avec coups et blessures ce qui ne manque pas de piquants...

FEMME : C'est que c'est la première fois que nous divorçons et nous ne savons pas très bien comment procéder.

FEMME AGENCE : C'est pourquoi une agence comme la nôtre existe monsieur dame !

HOMME AGENCE : Et ils ont tenu combien de temps ces deux-là ?

MARI : Nous avons fêté nos trente ans de mariage jeudi dernier.

FEMME AGENCE : Bah c'est classique la crise des trente ans !

FEMME : Quelle crise ?

HOMME AGENCE : Vous pensez chacun que l'autre a gâché votre vie et enfin vous voulez rattraper le temps perdu.

MARI : Oh non, elle m'a tant apporté !

FEMME : Il m'a tant apporté

FEMME AGENCE : Vous avez bien quelques conflits ?

FEMME : Oh non il est adorable mon chéri !

MARI : Elle est adorable ma chérie !

HOMME AGENCE : Mais alors pourquoi voulez-vous  divorcer ?

FEMME : Voyez-vous dans notre immeuble nous sommes le seul couple à ne pas être divorcé.

MARI : Même nos enfants ont divorcé !

FEMME : Nous sommes des gens simples nous voulons être comme les autres.

MARI : Dites si on divorce on pourra continuer à se voir ?

FEMME AGENCE

Vous ferez comme il vous plaira. Nous n'assurons pas le service après vente..

MARI : Ce sera illégitime j'ai tant rêvé d'avoir une maîtresse mais la seule femme que je désirais c'était elle.

FEMME : C'est difficile pour divorcer ?

HOMME AGENCE : Pour cela il faut créer un climat de mésentente. Je vais vous coacher et ma femme coachera la vôtre. Je commence par vous monsieur. Traitez votre femme de grosse truie.

MARI : De grosse quoi ?

HOMME AGENCE : De grosse truie.

MARI (gentiment) : Grosse truie

FEMME : Je t'aime mon amour

HOMME AGENCE : Mettez-y un peu de conviction vous n'êtes pas crédible. Bon nous allons vous montrer avec ma femme. (s'adressant à femme agence) Grosse truie.

FEMME AGENCE : Vieux porc.

HOMME AGENCE : Tu me dégoûtes

FEMME AGENCE : Il y en a d'autres que je ne dégoûte pas.

HOMME AGENCE : Qui par exemple ?

FEMME AGENCE : Henri.

(Henri entre)

HENRI : Quoi madame ?

HOMME AGENCE : Vous couchez avec ma femme ?

HENRI : Ca arrive mais juste quand monsieur s'absente. Ca je peux le jurer à monsieur.

HOMME AGENCE : Traînée. Et dire que l'on ne peut même pas divorcer parce que nous n'avons pas fini de payer le crédit de l'agence.

MARI : Viens chérie ce n'est pas une agence sérieuse.

FEMME : Tu as bien raison mon amour. Ils vendent du divorce et ils ne sont même pas divorcés

POLITESSE 5 personnages

POLITESSE

JEUNE : Eh la vioque, file moi ton blé où je te tape !

VIEILLE (portant un sac à main et mettant en position de combat) : Essaye un peu petit malotru, je pratique le kung-fu, la boxe thaïlandaise et le karaté javanais.

(entrée de l'éducateur)

JEUNE : Eh ça va pas, elle veut me taper la vieille !

VIEILLE : Il voulait me voler mon sac ce petit malotru

JEUNE : En plus elle dit des gros mots.

EDUCATEUR : Tu ne sais pas y faire.

JEUNE : Qui t'es toi ?

EDUCATEUR : Je suis le nouvel éducateur de la cité. Regarde-moi faire. Oyez gente grand-mère. (s'adressant au jeune) Tu vois déjà elle se sent en confiance.

VIEILLE : Oui jeune homme. J'espère que vous n'êtes pas un ami de ce malotru.

JEUNE : Elle recommence à dire des gros mots

EDUCATEUR : (au jeune) Tais-toi. (à la vieille) Je ne connais point ce manant.

JEUNE : Toi aussi tu dis des gros mots. Vas-y tire lui son sac.

EDUCATEUR (à la vieille) : Serait-ce un effet de votre bonté de me donner votre sac ce qui éviterai que je vous tuasse.

VIEILLE : Mais prenez donc jeune homme. C'est un bonheur d'être agressé par un homme aussi poli. (la vieille s'éloignant) Ah si mon petit fils parlait comme ça !

(entre une jeune femme)

JEUNE : Viens ici salope, je vais te faire ton affaire.

FEMME : Casse-toi minable où je fais une omelette avec tes oeufs.

JEUNE : Pas commode la poulette.

EDUCATEUR : Tu ne sais pas non plus parler aux femmes. Pardon mademoiselle. Permettez que j'étale mon blouson au sol pour que vous vous allongiez dessus afin que je vous violasse.

FEMME : Avec plaisir. Mais cachons-nous dans ce coin.

(l'éducateur et la femme sortent)

JEUNE : Il est vachement fortiche ce gars. J'ai compris tout est dans la politesse. (Un agent de police entre) Je vais essayer sur ce flic. (il s'approche de l'agent) Excusez-moi de vous déranger monsieur l'agent.

AGENT : Qu'y a-t-il jeune homme ? (en aparté) Comme ce jeune est poli.

JEUNE : Serait-ce un effet de votre grandeur de me donner du feu.

AGENT : Du feu, mais tu ne fumes pas à ton âge tout de même !

JEUNE : Oh que nenni monsieur l'agent ! Je sais bien que le tabac et tout autres herbes illicites est néfastes pour la santé.

AGENT : Tiens alors voilà cette boîte d'allumettes.

JEUNE : Merci monsieur l'agent. Votre bonté sera récompensée au centuple. Je vous salue bien bas digne représentant de l'ordre public.

(le jeune s'éloigne)

AGENT : Mais, je ne comprends pas, si tu ne fumes pas qu'est-ce que tu veux donc bien faire d'une boite d'allumettes !

JEUNE : Foutre le feu au commissariat.

 

 

 

Service facile et gratuit

Je crée mon site web